LE MERINOS D'ARLES

La région d’Arles est traditionnellement une terre d’élevage du mouton : dans les coussouls* de la plaine de Crau, on a retrouvé de nombreux sites archéologiques constitués de ruines de bergeries datées de l’époque antique. Après la révolution de nombreux notables, souvent enrichis par la vente des biens nationaux, furent tentés par l’amélioration de leur troupeau. Pour appuyer les efforts des éleveurs privés, le Consulat prit l’initiative de créer plusieurs bergeries nationales réparties sur l’ensemble du territoire. Sous l’influence du préfet Thibaudeau, l’empereur ordonna la création de la bergerie nationale d’Arles en 1805. (Sources Archives Départementales)

 

Le mouton mérinos (connu sous le nom de "Bête à laine d'Espagne) fut introduit dans la région d’Arles par cette bergerie nationale. La race amenée d’ Afrique du Nord par les Phéniciens avait été importée en Espagne au VIIe siècle.  En 1786, Louis XVI reçut de son cousin le roi d’Espagne deux béliers et environ 400 brebis qui furent accueillis à la bergerie royale de Rambouillet. À l’avantage de la qualité de la laine s’ajoutait l’abondance de la production :  en moyenne quatre kilos contre seulement deux pour les moutons indigènes.

 

Pour encourager les croisements des races locales avec le mérinos et assurer son financement, la bergerie nationale d’Arles mettait en vente chaque année un certain nombre de bêtes et de la laine dans la cour de l’hospice civil d’Arles en présence du maire de la ville et du régisseur de la bergerie. Cependant, malgré l’implication du préfet, la bergerie nationale d’Arles n’attira pas la confiance des Provençaux. Les acheteurs ne se bousculant pas, le domaine resta déficitaire et la bergerie fut finalement fermée en 1825.

 

La Mérinos d’Arles est principalement concentrée dans la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui

regroupe 90 % des effectifs, et notamment dans la plaine de la Crau dans les Bouches-du-Rhône où l’on

dénombre environ 120 000 des 250 000 brebis que compte la race. Localement, cette race est encore

appelée métisse.

 

Dans la trilogie méditerranéenne traditionnelle (cheval, ovin/caprin, taureau), très représentée dans les fonds d’archives, le mouton occupe une place centrale. Il est l’animal symbolique par excellence des trois religions du Livre, et est consommé lors des fêtes de Pessah, Pâques et de l’Aïd-el-Kébir.
 

La laine est de couleur blanche, homogène, avec une toison très étendue et épaisse, qui recouvre le

front et les bajoues, l’intégralité du corps jusqu’aux sabots. La tête est coiffée un peu au-dessous des

yeux. Les mèches sont fines, longues, souples, résistantes et fortement ondulées. Le poids moyen des toisons est de 2,5 kg pour les brebis, 5,5 kg pour les béliers. La laine de Mérinos d’Arles est la plus fine d’Europe : 21 microns en moyenne et elle est l’une des plus gonflantes au monde.Une laine dépourvue de jarre (fibre plus grossière que l’on trouve dans la laine des autres races), ainsi elle ne gratte pas.

A ne pas confondre avec le Mohair, qui est une fibre naturel issue de chèvres Angoras (élevées vers Aix en Provence)

Jusqu’en 2015 les cours de la laine étaient très bas ne permettant pas de payer le tondeur certaines années. Depuis le marché est reparti à la hausse, les consommateurs se tournent vers des produits naturels et les circuits de vente directe se développent. Les éleveurs, de plus en plus nombreux, montent individuellement ou collectivement des projets de valorisation de la laine qu’ils produisent.

L’association Collectif pour la promotion du Mérinos d’Arles (CPMA), créée en 2018, travaille sur la valorisation des produits de la race et plus particulièrement de la laine au travers notamment du développement de vêtements techniques de randonnée.

Que de plus en plus de manufactures utilisent cette laine précieuse aux qualités reconnues pour la fabrication de vêtements destinés aux sportifs (100% ou mélangée)car même mouillée cette laine conserve un grande part de ses qualités(Chaussettes, chaussures, sous vêtements techniques, de protection, polaires,pour le cyclisme, l'alpinisme, nautisme, le foot, trekking,   expéditions grand froid, 

pour ses qualités de séchage aussi et anti - odeurs.