LE PARC NATUREL REGIONAL DES ALPILLES

Dans les Alpilles le tourisme historique, culturel matériel et immatériel s’appuie sur un patrimoine riche et sur des festivals à la renommée internationale. Le tourisme dit de masse, se traduit par un important développement des chambres d’hôtes, de l’hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante d’établissements adaptés et par des animations comme des marchés provençaux. Le tourisme durable qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu’offrent le massif et ses environs mais aussi d’une immersion pédagogique au coeur des pratiques et de acteurs locaux comme la visite de caves viticoles, oléicoles, de moulins, de sites professionnels et artisanaux.
 
Les communes qui constituent le Parc offrent chacune des joyaux dont les photos, les écrits, les peintures ont fait le tour du monde. 
Au premier trimestre 2023 sera acté, la réécriture et pour les 15 prochaines années, des objectifs et engagements du Parc naturel régional des Alpilles concernant son fonctionnement et l’aménagement du territoire dans sa globalité.
Les démarches, réunions et autres rapports auront nécessité plus de deux années d’un travail de fond entre élus, techniciens, professionnels des filières, associations et collectivités ...
La validation à l’unanimité des communes du Parc, des collectivités, du Département et de la Région (premier financeur) marque bien les objectifs et les moyens communs à mettre en oeuvre pour les années à venir.
 
Il s’agit en partie de la remise en cause de pratiques, la réadaptation de modes opératoires, la réorientation de certaines filières dont agricoles, la prise de conscience des bouleversements climatiques, la protection accrue de notre environnement, l’accompagnement technique et pédagogique de l’ensemble des acteurs et habitants du Parc, des scolaires et une vision a long terme d’un territoire exceptionnel.
 
Parmi les grands thèmes, l’eau, les énergies renouvelables, l’environnement, l’urbanisme, le tourisme, l’agriculture, l’élevage, la faune et la flore pour ne citer qu'eux, sont des enjeux qui dépassent bien évidemment les limites du parc mais qui sont ici concentrés sur seulement 55 000  hectares.
 
Les mutations agricoles, moins budgétivores en énergie et en eau vont inévitablement et à court terme, modifier les pratiques et les choix des professionnels des filières. Emergent déjà et émergeront des cultures plus adaptées aux conditions climatiques et à ses contraintes, comme l’olive, la vigne, les amandes, les fruits et agrumes, les plantes et les cultures méditerranéennes. 
Pour une meilleure maîtrise du foncier agricole, la production d’énergie issue d’installations photovoltaïques sera encadrée, excluant les zones agricoles, forestières et naturelles protégées.
Les Alpilles peuvent aussi être victimes de leur attractivité, de leur beauté, de leur diversité. La canalisation des flux générés par un tourisme de masse est au coeur des préoccupations du Parc. Limiter les pénétrations intempestives en zone protégées et sensibles (pour leurs massifs, faune, flore et cultures) doit naturellement passer par de nouvelles offres attractives et enrichissantes et plus durables à destination des touristes.
Mettre en valeur le patrimoine matériel et immatériel, les savoirs-faire, c’est donner un sens supplémentaire à la découverte des Alpilles, d'en élargir la cible, les activités et les périodes de fréquentation. (printemps et automne). Donner la préférence aux produits du terroir, c'est aussi accompagner entre autres, les professionnels du tourisme attachés à des valeurs communes de sa valorisation (les gîtes, hôtels, restaurants, chambres d’hôtes, artisans, producteurs, associations, collectivités, offices de tourisme ...) et de les identifier clairement comme répondant aux «Valeur Parc», une marque collective attribuée sur la base d'une démarche contractuelle d'exigence .
De nouveaux enjeux pour le territoire !
S’adapter aux évolutions,
c’est l’intelligence du présent ... pour demain.   S.P

Aujourd’hui ce sont 14 communes: Aureille, Paradou, Saint-Etienne du Grès, Saint-Rémy-de-Provence, Orgon, Sénas, Fontvieille, Lamanon, Eyguières, Eygalières, Mas-Blanc des Alpilles, Les Baux-de-Provence, Mouriès, Maussane-les-Alpilles et trois « villes portes » dont le territoire est partiellement dans le Parc: Tarascon, Saint-Martin de Crau et une partie Nord-Est d’Arles.